n°72

MARCEL, MUGUET, RILLETTES, PAULETTE… ET LES ENFANTS !

C’était le 01 mai 1987 ! On peut pas se tromper, regardez la photo, c’est du muguet entre les mains de l’accordéoniste ! Et c’est les mains du grand Marcel Azzola, venu en trio avec Marc Fosset et Patrice Caratini, pour sa première visite à l’Europajazz !

Oui, c’était le temps du muguet et surtout le temps où on accueillait les musiciens  « en famille » avec fleurs, bisous et petits cadeaux ! Et puis Marcel, c’était aussi pour faire plaisir à Paulette, reine du catering (voir le « memories book » N°32) car des années avant il l’avait fait danser avec son « Jules » (Claude !), comme on disait à l’époque, dans des dancings trop tôt disparus : « Robinson » ou « Les Rosiers ».

C’était aussi sans doute un concert pour attirer mon père (qui n’avait  jamais mis les pieds ni les oreilles au festival, et qui n’y viendra jamais !), accordéoniste dans sa jeunesse, mais tendance « Verchuren » et « Aimable », Azzola devait y avoir trop de notes pour lui, trop virtuose, pas assez « dansant »  !

Et çà lui faisait drôle à Paulette de voir Marcel avec Caratini et Fosset « en concert » sur la grande scène du Palais des Congrès du Mans avec des spectateurs nombreux mais assis, pas de place pour danser, même pour un rappel flamboyant qui lui fut spécialement dédicacé : « Indifférence », un tube !… Cela aurait été bien de le dédicacer à mon père : « Indifférence » !….

Marcel est revenu nous voir souvent en 1990 (avec le même trio à Allonnes), en 1992 (pour une soirée avec Marc Perrone et un bœuf final avec Louis Sclavis et Dominique Pifarely), en 2001 comme invité du trio de Jacques Vidal au Lude. Comme c’était plus un premier mai, on offrait des « Rillettes », du « Jasnières » enfin bon… des produits locaux.

Musicien immense, d’une modestie infinie, curieux de tout comme ce soir du 31 mai 1992, dans le dortoir de l’Abbaye de l’Epau, où il écouta en entier, caché derrière le rideau de scène, l’Acoustic Quartet de Louis Sclavis et Dominique Pifarély (et c’était pas du musette !) qui passait en première partie de son concert avec Marc Perrone ! Il adorait ça ! En fait, nous aurions dû lui proposer un « special project » en duo avec Médéric Collignon ou même Joëlle Léandre !

Depuis Marie et Armand jr ont bien grandi… Et Marcel est parti lundi dernier ! La veille, il disait à Lina Bossatti, sa « pianiste » : « il faut qu’on s’y remette ! ».

Nous ne faisons plus de concerts le 01 mai, mais pour le final de nos quarante ans le dimanche 12 mai prochain, il y aura un bouquet de muguet pour Marcel sur la scène ! On le glissera tout près de l’accordéon de Vincent Peirani…

 

Texte : Armand Meignan / Photo : Guy Le Querrec