n°70

SEAN BERGIN… SPRINGBOK EN GRAND FORMAT !

Connaissez-vous Sean Bergin ? Même si vous êtes totalement fêlés de jazz, et (ou) inconditionnel de l’Europajazz, je ne pense pas que vous connaissiez ce saxophoniste d’origine Sud-Africaine (mais blanc !) émigré en 1976 à Amsterdam pour fuir l’apartheid et décédé à 64 ans en 2012, et ne figurant dans aucun « Dictionnaire du jazz » !

Pourtant, en mai 1985, les spectateurs de l’Europajazz avaient remarqué déjà, tant au sein des pétaradants Rockets de JC Tans qu’au cours du final explosif de la Cie Lubat, ce saxophoniste puissant, impressionnant, véritable force de la nature (genre troisième ligne de rugby !) prenant des solos sur la corde raide et insufflant a ses partenaires une pulsion, un drive, un swing phénoménaux…

Tel le pianiste Chris Mc Gregor (plus célèbre) qui s’exila en Angleterre, Sean lui choisira les Pays-Bas, fréquentant d’emblée les meilleurs improvisateurs hollandais. Tout comme Chris Mc Gregor avec la Free Music Anglaise, il va créer une musique qui est bien plus qu’ une synthèse de plusieurs cultures mais un brassage incroyablement créatif entre l’improvisation, l’esprit et l’humour du free jazz hollandais et la respiration dansante et rythmée de l’Afrique australe…

Six ans après, Le 09 mai 1991, en première partie de l’Unit de Michel Portal, nous invitons sur la grande scène du Palais des Congrès du Mans son groupe, le « SEAN BERGIN AND MOB » qui laissa un souvenir incandescent à tous les spectateurs présents ce soir- là (712 payants quand même !) ! Concert tellement marquant que nous décidions l’année suivante d’utiliser une photo (signée Mephisto) de notre Sean Bergin (au concertina qu’il pratiquait aussi) pour l’affiche générique du Festival 1992.

Cette année-là nous invitions le CLUSONE TRIO, trois musiciens amis et compagnons de route de Sean  (Han Bennink, Michel Moore, Ernst Reijseger), trois dynamiteurs ludiques et inventifs. C’était aussi l’année où pour la première fois nous avions (en partenariat avec la Ville du Mans) une campagne Decaux en 4m sur 3m ! Avec donc notre SEAN BERGIN en très grand format dans les rues du Mans… Han Bennink, grand musicien mais aussi grand farceur, réussit à persuader notre trésorière, la regrettée Maryvonne, de lui trouver cette affiche en grand format de leur copain !

Et qu’en firent-ils ? De retour à Amsterdam ils eurent la grande idée de la coller (subrepticement de nuit) sur le mur  de la maison de Sean ! Même s’il savait que nous avions utilisé son image, ce fut un drôle de choc au réveil  pour notre saxophoniste springbok !

La dernière fois que j’ai été à Amsterdam, je n’ai pas pensé à faire un tour dans la rue de Sean Bergin pour vérifier si l’affiche y était encore… qui sait ?

Texte : Armand MEIGNAN

Photo : Photo Mephisto graphitée par Caty Rousseau.