N°65

GUY LE QUERREC… REVIENS !… ON EST DEVENU FLOU !

Le photographe Guy Le Querrec (*) est un compagnon de route « historique » de l’Europajazz qu’il a découvert en décembre 1981 à l’occasion d’un fameux concert de soutien réalisé par le trio Portal/Texier/Lubat au Théâtre Municipal du Mans ! Ensuite à partir de 1987, il revient chaque année jusqu’en 2010 pour presque 25 ans de photographie… et d’amitié. Chaque année comme photographe, parfois comme photographe-musicien (instrument : leica !) – metteur en scène notamment pour cette soirée mémorable  devenue légendaire le 21 avril 1996 au Palais des Congrès du Mans, il est là !

Pour ce GUY LE QUERREC SPECIAL PROJECT se succéderont sur scène en solo, duo ou trio : Michel Portal, Louis Sclavis, Henri Texier, Jean-Pierre Drouet, Danyel Waro (pour un duo inédit avec Erik Marchand ), Dominique Jouve, Serge Daffreville, le Bagad Men Ha Tan dirigé par Pierrick Tanguy, se retrouvant ensuite pour le projet « Jazz comme une image », pour quatre heures de musique et de photographies qui feront date devant 1 400 spectateurs !

Photographe, metteur en scène mais aussi « Ambianceur » au sens africain du terme, Guy occupait l’espace ! C’est-à-dire qu’il était devenu au fil du temps le « Monsieur Loyal » du festival. Sa présence dans les loges, depuis tôt le matin lors des balances « son » jusqu’à tard le soir en faisait un personnage incontournable et surtout un génial régulateur de conflits ! Et il n’était pas le dernier à danser sur scène si dans un groupe la musique africaine montrait sa trompe ! Un soir nous avons même vu et sans vouloir être vulgaire et trivial, les  employées du FELIX HOTEL (disparu depuis, l’Hôtel) et notre regrettée Paulette littéralement « pisser de rire » devant les pitreries de Guy !

En décembre 2009 nous avons commencé à parler d’un ouvrage sur le festival, et évidemment d’un bel ouvrage genre « L’Europajazz de Guy Le Querrec », deux volumes réunis en un coffret, le premier 400 photos de Guy, environ 500 pages, le second 100 photos et illustrations pour 150 pages sur l’histoire du festival, rédigé par Philippe Méziat.

On a rencontré un éditeur  reconnu (Xavier Barral), sélectionné déjà de nombreuses photos, imaginé des mises en scène, des fils rouges possibles… On rêvait tous à quelque chose de sublime et d’unique !

Et puis le réveil a sonné : on arrivait à un budget dépassant le cachet de Sonny Rollins, impossible à assumer par l’Europajazz dont aucun partenaire n’avait l’air vraiment motivé (sauf Olivier Bernard, Directeur de l’action culturelle de la Sacem à l’époque !)… Ensuite on se jette des vérités tonitruantes à la figure, on se fâche, on s’invective, on s’enferme dans un cercle de fausses certitudes et on s’oublie !!!! Et tout devient flou et il ne reste que des somptueux regrets !

GUY, en 2019, nous allons fêter les quarante ans de l’Europajazz, peut-être que ce serait bien si au-dessus du gâteau il y avait une cerise en forme de livre : L’EUROPAJAZZ de GUY LE QUERREC ! Non ?

Texte : Armand Meignan. Photo : archives Europajazz.

(*) Pour moi Guy Le Querrec est dans la lignée des plus grands photographes (Avec lui je pense plus à Cartier-Bresson qu’à Jean-Pierre Leloir !) c’est-à-dire sa passion pour le jazz ne doit pas le limiter à l’appellation très réductrice de «  photographe de jazz » !