N°63

TRIO BRAVO… K7 AUDIO

1987, du 29 avril au 03 mai, le Festival de la maturité ! Un cocktail fameux de « special project », de « créations », de groupes inédits, de découvertes et de rencontres… Et puis le public le plus nombreux et le plus attentif de cette première décennie du festival, avec du jamais vu à l’Abbaye de l’Epau, le dortoir quasiment rempli pour les concerts de l’après-midi (à cette époque « woodstockienne »… On proposait à l’Abbaye des journées de 5 concerts qui commençaient dès 16h !). Et le Palais des Congrès du Mans n’était pas en reste non plus : 3 soirées fameuses (avec notamment l’historique rencontre Elvin Jones/Christian Vander !) et l’ après-midi du 01 mai : une étonnante rencontre avec le Jazz Belge Contemporain : Jean-Christophe Renault solo, Belgisch Pianokwartet, deux pianos/quatre pianistes :  Fred Van Hove, Walter Huus, Eddy Loozen, Christophe Leroy et le Trio Bravo !

Ah le Trio Bravo ! Première en France et qu’on présentait, à juste titre, dans le programme : « Free-jazz européen accessible, populaire et mélodique » !
A cette époque, certains groupes nous envoyaient encore des K7 Audio (les fameuses TDK ou BASF…) avec quelques extraits de leur musique, surtout quand ils n’avaient pas encore fait de vinyle (et oui pas encore de CD !). Je reçois donc une K7 du Trio Bravo totalement inconnu en France, et touché par leur musique et notamment une si belle version du « Lonely Woman » d’Ornette Coleman, je m’empresse de téléphoner au numéro inscrit (au stylo bille bleu !) sur le boîtier de la dite K7 ! Je tombe sur Michel Debrulle, batteur et pilier du groupe et je l’invite pour le Festival ! Conversation courte où je trouvais mon interlocuteur un peu timide !
A peine dix minutes après, mon téléphone sonne, je décroche : vous êtes bien Armand Meignan ? de l’Europajazz ? Ce que je confirme tout de suite à… Michel Debrulle qui avait cru à une blague tant une programmation de leur trio débutant dans un festival comme l’Europajazz lui semblait « un rêve » !

Le concert fut épatant et surtout le trio fut vraiment « découvert » par des programmateurs français et européens, souvent nombreux au Mans ! Le Trio Bravo commença alors une superbe carrière en « Europe » !

En 1989, évidemment on réinvita nos trois amis belges, puis ensuite le nouveau trio Bravo nommé Trio Grande (en 2001) où Laurent Dehors remplaça Fabrizio Cassol, puis d’autres projets de Michel Debrulle (avec toujours Michel Massot) comme Rêve d’Eléphant Orchestra invité en 2003. Aujourd’hui, même si Fabrizio Cassol mène une carrière plus éloignée du monde du jazz, Michel Debrulle et Michel Massot font partie du gratin des musiciens de jazz européen, conduisant de nombreux projets en leaders ou régulièrement invités comme « sidemen » !

Comme quoi le simple envoi d’une K7 Audio peut faciliter le départ d’une belle carrière !
Alors, une constatation : Heureusement que La Poste était plus fiable il y a 30 ans que maintenant ! Et une question : Est-ce que « Youtube » peut avoir le même pouvoir aujourd’hui ?

Photo : Francis Jacoby
Texte : Armand Meignan