N°55

 DIDIER LOCKWOOD… SI LA PHOTO EST BONNE !

10 février 1981 : devant la porte du Centre Jacques Prévert au Mans où le soir même, après le concert et après minuit, nous fêterons avec folie et mémorable bataille de crème arrachée au gâteau anniversaire géant (on a aussi les photos !), ses vingt-cinq ans, Didier Lockwood « tout en cuir » pose pour cette photo souvenir.

Première invitation par l’Europajazz (Le Mans Jazz Action à l’époque) même si personnellement avec l’association Chorus j’avais invité Didier dès le 07 octobre 1977 pour un concert de son premier groupe Surya, cette « première » reste l’un des souvenirs les plus chaleureux de notre histoire : salle pleine (très bien pour notre trésorerie qui venait de subir deux déficits notoires avec un solo  superbe de Daunik Lazro et un  autre solo magistral de Christian Escoudé !)… Une soirée de feu dont les vibrations positives d’un public aux anges firent vibrer très longtemps les vieux murs de la très regrettée salle des Concerts.

Ensuite, Didier fut notre invité une bonne dizaine de fois, dont quelques sommets : le formidable « Violon Summit » de 1986 avec Pifarély, Urbaniak, Debski, Schmid, le trio avec Caron et Ecay en 1993, Le concert avec Mike Stern en 2011, et sa dernière apparition en avril 2017 avec ses compagnons de toujours (Charlier-Sourrise) pour une soirée anniversaire du label JMS de notre ami Jean-Marie Salhani… A chaque fois les salles pleines, le même plaisir, la même empathie avec les spectateurs, et son énorme générosité, qui après toujours des concerts de deux heures, lui donnait encore de la force pour discuter jusqu’à plus d’heure avec ceux qui venaient le voir !

Son succès grand public a toujours excédé les « cercles des initiés du jazz » et parfois certains « amis » directeurs de Festival ne le programmaient pas ou plus car… trop grand public ou trop « vintage » ! L’Europajazz n’a jamais eu ces « pudeurs de gazelle », car depuis toujours nous avons su  faire côtoyer  et faire apprécier au plus large public toutes les formes et tous les styles : de Taylor Ho Bynum à Erik Truffaz, de Pascal Contet à Richard Galliano, de Barry Guy à Ron Carter ou même de les faire se rencontrer : Pifarély-Lockwood, Barre Philipps-Renaud Garcia-Fons, Henri Texier-Evan Parker…
Et c’est aussi ce que faisait Didier : d’un duo avec Joachim kühn (oui !) ou Dimitri Naïdich à des rencontres avec Catherine Lara ou Les Voix Bulgares !

23 février 2018, Eglise St Roch, le choc devant le cercueil, six photos sont posées là, probablement choisies par sa famille, dont celle faite il y a 37 ans devant le porche du Centre Jacques Prévert du Mans ! Un choc, 37 ans après, une simple photo  faite en quelques secondes, le jour de ses 25 ans, se pose là comme le témoin d’un beau et long compagnonnage avec un musicien hors normes… Capable de composer le facile (mais si chouette !) « Zebulon Dance » et de présenter à l’Opéra- Bastille, en 1999, un opéra–jazz sur des textes de Georges Perec ! Si populaire… Et finalement si méconnu  parfois !
Pour nous tu resteras ce jeune homme tout de cuir vêtu qui avait choisi de fêter ses 25 printemps, tout simplement, avec nous… Et une centaine de fans, une nuit de février 1981 !

Texte et Photo : Armand MEIGNAN