N°43

HERMETO… PARTI TROP TOT !

Avant d’attaquer la 6e édition d’un festival mémorable, riche en groupes européens inédits en France (Per Henrik Wallin, Conrad Seto, Albert Gimenez, Aha, Pierre Dorge, Nexus, Edward Vesala, Sakis Papadimitriou, Charles Loos…) et en rencontres explosives (notamment  Han Bennink/Bernard Lubat !), nous invitons en février 1985, afin de clore la saison de façon pétillante, le grand multi-instrumentiste  Brésilien : Hermeto Pascoal ! Personnage haut en couleur, barde brésilien au look de Barbapapa, capable de mélanger tous les styles, et de proposer des concerts hors normes et flamboyants à souhait ! On avait prévenu nos spectateurs de se préparer « physiquement » car le sorcier pouvait jouer trois ou quatre heures de suite, laissant son public ivre de sons et de rythmes ! On s’inquiétait même, car si le concert dépassait minuit, la facture de location du Palais des Congrès serait évidemment beaucoup plus lourde ! Nous avions aussi invité un ami parlant brésilien, pour « cornaquer » le fantasque Hermeto !

Le concert commence devant une salle bien pleine et motivée et Hermeto & Grupo nous offre quarante minutes époustouflantes entre free décoiffant et groove brésilien… et sort de scène ! Nous croyons tous à un entracte qui n’était pourtant pas prévu au menu mais quand notre ami traducteur pose la question au maître, il a cette réponse lapidaire : « non ! c’est fini ! », ajoutant devant nos mines défaites : « c’était parfait, quand c’est parfait comme ça, il faut mieux faire bref, le reste ne sera pas mieux ! ». Imaginez comment expliquer cela au public qui s’attendait presque à finir au petit matin ! Pourtant je le fis, essuyant la colère d’une salle déçue et stupéfaite, qui imaginait toutes les mauvaises raisons pour expliquer ce « coïtus interruptus cantus » ! Le bruit a même longtemps couru que s’ il n’avait joué que quarante minutes c’est parce que nous n’avions pas voulu le payer le prix normal ! Voilà, pour le public, l’artiste a toujours raison !

Texte : Armand Meignan
Photo : D.R.